Comment décririez-vous la mission et l'expertise de votre organisation dans le domaine de l'éducation aux médias / de la pensée critique / de la vérification des faits / de la lutte contre la désinformation?

L’Agence pour les médias électroniques est le principal organisme institutionnel en matière d’éducation aux médias, et probablement l’initiateur général et le soutien du développement de l’éducation aux médias en Croatie. La mission de l’Agence est de sensibiliser à l’éducation aux médias, de favoriser le développement de projets d’éducation aux médias, de réunir les différentes parties prenantes et de doter les citoyens de compétences en matière de pensée critique et de les encourager à jouer un rôle actif dans les processus sociaux et démocratiques.

L’Agence a développé une expertise et des compétences dans la conception, le développement et l’organisation de projets d’éducation aux médias, qu’elle met en œuvre en coopération avec le bureau de l’UNICEF en Croatie. Nous pensons que le développement des compétences médiatiques des citoyens est le principal outil de lutte contre la désinformation, et c’est pourquoi nous participons à ce domaine.

L’Agence participe activement aux travaux du Groupe des régulateurs européens des services de médias audiovisuels (ERGA) et, entre autres activités, aux travaux sur la lutte contre la désinformation. L’Agence a également suivi la mise en œuvre du code de pratique sur la désinformation. Un acte d’autorégulation signé par les principales plateformes numériques (telles que Facebook ou Google). L’Agence a participé à la réalisation d’une analyse approfondie de l’application du code, qui a permis d’identifier de nombreuses faiblesses, ce qui justifie la proposition de passer de l’approche d’autorégulation actuellement en place au modèle de corégulation.

Quelles sont les principales ressources développées par votre organisation que vous seriez prêt à partager ? (par exemple, rapports, analyses, scripts, matériel pédagogique, clips vidéo, webinaires... Veuillez partager les liens).

L’Agence pour les médias électroniques gère et finance le portail web www.medijskapismenost.hr , qui a été lancé en coopération avec le bureau de l’UNICEF en Croatie. Au cours des quatre dernières années, le portail est devenu un lieu national central de l’éducation aux médias en Croatie pour l’information, l’éducation et le rassemblement des parties prenantes. Le portail est destiné à informer et à éduquer sur l’éducation aux médias et la maîtrise des médias. Les principaux groupes cibles sont les parents, les enseignants et les éducateurs, c’est-à-dire tous ceux qui participent au processus éducatif. L’objectif du portail est de fournir en un seul endroit un aperçu complet d’informations fiables et utiles sur l’éducation aux médias et les médias et leur impact potentiel sur le développement des enfants et des jeunes. Le portail fournit des informations sur les effets des différents types et genres de médias sur les enfants, traite de sujets tels que la sécurité sur Internet, le problème de la désinformation, la violence dans les médias, les stéréotypes, l’impact des médias sur le développement des enfants, et offre des conseils aux parents sur la manière d’agir dans des situations concrètes de la vie quotidienne. Mais il s’occupe également de l’éducation au travail scientifique et à la politique dans le domaine de l’éducation aux médias. Dernièrement, le portail a commencé à partager davantage de contenus sur la pensée critique et la lutte contre la désinformation, à suivre activement les travaux des institutions européennes et à publier des contenus plus complexes sur ce sujet.

Depuis le début, les partenaires du portail web sont l’Union croate du cinéma, le Centre croate de l’audiovisuel, la Faculté des sciences politiques et l’Académie de l’Université d’art dramatique. En juin 2019, 6 autres établissements d’enseignement supérieur ont rejoint le partenariat.

Un projet important est également aussi en place « les Journées de l’éducation aux médias », lancées en 2018 par l’Agence et l’UNICEF. Il a créé une plateforme pour rassembler et coopérer avec divers acteurs sociaux, encourager et organiser des projets durables, et sensibiliser le public à l’importance de l’éducation aux médias, renforcer les compétences des citoyens en matière d’éducation aux médias, et soutenir les éducateurs et les enseignants en développant du matériel pédagogique pour l’éducation aux médias. Les journées d’éducation aux médias se composent de trois éléments principaux :

– des événements (conférences, ateliers, débats, etc.)

– des ateliers d’une journée pour les étudiants en médias

– la production et la distribution de matériel pédagogique

En même temps, le portail web www.medijskapismenost.hr est le principal canal de communication de l’événement, où sont publiés tous les textes qui s’y rapportent et – surtout – le matériel pédagogique et les conférences créés dans le cadre des Journées de l’éducation aux médias.

Dans le cadre de ces projets, l’Agence développe et publie du matériel éducatif lié à l’éducation aux médias et à la vie dans l’espace médiatique numérique, qui peut être téléchargé à partir du portail. Depuis avril 2018, 20 matériels éducatifs ont été publiés, qui ont été téléchargés plus de 220 000 fois. https://www.medijskapismenost.hr/obrazovni-materijali-za-preuzimanje/

En 2020, en raison de la pandémie de coronavirus, nous avons mis l’accent sur les conférences vidéo pour permettre aux enseignants et aux étudiants d’acquérir plus facilement des compétences en matière d’éducation aux médias. Nous avons également publié plusieurs leçons sur le problème de la désinformation. https://www.medijskapismenost.hr/video-lekcije-medijske-pismenosti/

Un segment important est le fonds annuel régulier, c’est-à-dire l’appel d’offres de l’Agence pour les médias électroniques pour le financement de projets d’éducation aux médias. Cet appel d’offres habituel a été lancé en 2015, et en 2020 il s’élevait à un total de 400 000 kunas.

Quels sont, à votre avis, les trois plus grands défis actuels liés à la lutte contre la désinformation dans votre pays ?

Dans la lutte contre la désinformation, il n’existe pas de défis et d’approches spécifiques au niveau local. Il s’agit d’un problème mondial, qui a été facilité par les progrès technologiques et numériques qui ont complètement changé notre façon de communiquer et même nos relations sociales. Dans l’écosystème des nouveaux médias, les citoyens sont submergés d’informations et peuvent avoir des difficultés à comprendre les nouvelles et à trouver des informations précises et des sources fiables. Le grand problème est celui des plateformes numériques elles-mêmes, qui ne sont pas responsables du contenu qu’elles publient et ne vérifient pas ou n’éliminent pas les informations erronées de leurs plateformes. En raison de leur fonctionnement non transparente et de l’applicationà des algorithmes, le problème de la désinformation ne fait que s’aggraver. Par conséquent, le plus grand défi est de se préparer au niveau de l’Union européenne, un cadre législatif qui obligera les plateformes numériques à assumer la responsabilité des contenus publiés et à les vérifier. Cela permettra d’introduire un certain niveau de modèle de corégulation dans ce domaine.

Pouvez-vous citer trois solutions que vous avez mises en œuvre ou que vous souhaitez recommander comme conseils pour contrer la désinformation, renforcer les capacités de réflexion critique des sociétés et développer la résilience civile face à la désinformation ?

– Des crises telles que la pandémie de coronavirus soulignent l’importance d’une approche systématique du développement de l’éducation aux médias, de l’élaboration et de la mise en œuvre de politiques nationales d’éducation aux médias, permettant le financement de projets et la création de plateformes pour rassembler et coopérer avec divers acteurs sociaux.

– Ce faisant, il est crucial de développer et de mettre en œuvre des modèles d’apprentissage tout au long de la vie des compétences en matière d’éducation aux médias pour toutes les générations, et pas seulement pour les enfants et les jeunes. Chaque génération devrait avoir accès et la possibilité d’utiliser des outils, du matériel et des programmes éducatifs pour développer les compétences en matière d’éducation aux médias, en particulier le développement de la pensée critique.

– L’éducation aux médias et l’encouragement d’un journalisme de qualité sont les seuls outils de qualité et à long terme qui peuvent protéger les citoyens contre la désinformation et les manipulations de toutes sortes. De plus, la coopération entre les plateformes Internet, les experts et les autorités compétentes (tant au niveau national qu’européen) est essentielle, et il est crucial de développer un processus indépendant de vérification des faits afin de limiter la propagation des campagnes de désinformation sur Internet tout en respectant la liberté d’expression.

Quels sont les trois principaux événements ou dates auxquels vous avez assisté cette année et qui ont provoqué une intensification des activités de désinformation?

L’intensification de la désinformation a été principalement causée par les progrès technologiques et le développement des médias et des plateformes de communication. Cela a permis une diffusion rapide et sans précédent de la désinformation. Deux événements ont marqué un tournant, qui a démontré au grand public tous les dangers et les opportunités que représentent les réseaux sociaux et les nouveaux médias numériques au-delà de tout modèle réglementaire. Il s’agit de l’élection présidentielle américaine de 2016 et de la campagne pour la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE (Brexit).

Selon vous, quelles sont les trois dates/événements futurs susceptibles d'entraîner l'intensification des activités de désinformation en 2020-2021?

Il est difficile de faire de telles prévisions, mais en tout cas, les campagnes de désinformation s’intensifient concernant les processus politiques, c’est-à-dire les élections. Les campagnes de désinformation liées au coronavirus continueront à être dangereuses, car le manque d’information et de connaissances sur le sujet et la peur des citoyens ont créé un terrain fertile pour la diffusion de théories du complot et de désinformation.

Quels sont les récits de désinformation dominants que vous avez observés dans l'espace médiatique cette année.

Les récits les plus courants concernant la pandémie de coronavirus étaient, avec ceux concernant : l’origine/la propagation du coronavirus, et le traitement de la maladie COVID-19, c’est-à-dire la vaccination, et la désinformation qui s’y rapporte liée au réseau 5G. À cela s’ajoute le problème de la perte de confiance des citoyens dans les médias et les institutions traditionnels, ce qui contribue encore plus à leurs vulnérabilité à la désinformation.

Avez-vous eu recours à des outils de vérification des faits ? Si oui, veuillez les décrire ou partager les liens.

En tant qu’ancien journaliste, j’avais toujours utilisé les informations classiques de vérification des faits (qui est l’auteur, où et quand a-t-il été publié, qui est visé, qui est touché ou lésé par le texte). Aujourd’hui, nous appelons cela des outils de vérification des faits. Pour certains sujets, je fais également attention à la façon dont des vérificateurs de faits respectables les ont traités.

Souhaitez-vous mettre en évidence les cas de désinformation dont vous avez été témoin, que vous avez découverts ou que vous avez démystifiés?

Je n’ai pas été témoin d’une désinformation spécifique, qui n’a pas atteint un cercle plus large de personnes.

À votre avis, quels sont les acteurs les plus performants - dans votre pays, ainsi que dans l'UE - qui jouent aujourd'hui un rôle crucial dans le domaine de l'éducation aux médias et pourquoi?

Les acteurs clés de l’éducation aux médias en Croatie sont sans aucun doute l’Agence pour les médias électroniques et son partenaire l’UNICEF, ce qui ressort des réponses aux premières questions. Ce ne sont pas les projets eux-mêmes qui sont importants, mais le fait que l’Agence, en coopération avec l’UNICEF, a inscrit l’éducation aux médias à l’agenda social et a encouragé l’activité et la coopération de nombreux autres acteurs sociaux et le financement de projets.

En Croatie, les organisations de la société civile jouent un rôle essentiel dans l’éducation aux médias. Certaines d’entre elles mettent en œuvre des projets et des programmes éducatifs importants, comme la Société pour la communication et la culture médiatique avec son programme « Les enfants des médias » ou le projet « Safer Internet Center » coordonné par le Centre pour les enfants disparus et maltraités. Des associations particulièrement actives et essentielles dans le domaine de la culture cinématographique et audiovisuelle, telles que l’Association croate du cinéma (par exemple, l’école de culture médiatique Dr. Ante Peterlić), Alternator (Festival des droits de l’enfant) et Children meet art (programme Seventh Continent), Shadow Throwers- Bacači sjenki (projet Frooom ) ou l’Association Dokkica. Ainsi, grâce à un engagement solide et à un travail bénévole, les organisations de la société civile ont créé une possibilité systématique d’éducation informelle des citoyens aux médias et ont quelque peu surmonté l’absence d’une approche institutionnelle systématique de cette question. On peut donc les considérer comme des acteurs clés en Croatie dans le domaine de l’éducation aux médias.

Au niveau de l’Union européenne, la Commission européenne est cruciale, c’est-à-dire ses directions et agences compétentes, qui doivent créer des politiques et encourager et mettre en œuvre des projets, et surtout, créer un cadre pour le développement systématique de l’éducation aux médias et le financement récurrent des projets d’éducation aux médias. Dans le même temps, il est crucial de permettre la meilleure utilisation possible des fonds de l’UE tels que Creative Europe et Horizon 2020 et de fixer des critères clairs pour l’attribution des fonds et les processus d’évaluation.

ROBERT TOMLJENOVIĆ
Vice-président du Conseil des médias électroniques,
directeur adjoint de l’Agence pour les médias électroniques
Responsable, persistant, constructif

Menu