Comment décririez-vous la mission et l'expertise de votre organisation dans le domaine de l'éducation aux médias / de la pensée critique / de la vérification des faits / de la lutte contre la désinformation?

New Eastern Europe est un bimensuel qui couvre les questions relatives à l’Europe centrale et orientale. Notre objectif est d’être une plateforme d’échange d’idées et d’informations sur la région afin d’aider un public plus large à comprendre comment cette partie du monde s’inscrit dans le contexte mondial. En tant qu’organisation médiatique (ONG, à but non lucratif), nous nous efforçons de raconter l’histoire de notre région et nous voulons être la voix de la région. Cela signifie qu’il faut fournir au lecteur des informations véridiques (vérifiées) et lutter contre les stéréotypes et la désinformation/malentendue sur la région.

Quels sont, à votre avis, les trois plus grands défis actuels liés à la lutte contre la désinformation dans votre pays?

– Des campagnes actives menées par des forces malveillantes visant à propager la désinformation sur notre région.

– Le manque de compréhension de cette région par le grand public (non spécialisé).

– Polarisation sociale et/ou manque de volonté d’écouter l’opinion des autres.

Pouvez-vous citer trois solutions que vous avez mises en œuvre ou que vous souhaitez recommander comme conseils pour contrer la désinformation, renforcer les capacités de réflexion critique des sociétés et développer la résilience civile face à la désinformation ?

Nous trouvons parfois que le fait de raconter une histoire est un bon moyen de faire participer le public et de briser les idées préconçues (qui peuvent aussi être le résultat d’une désinformation). Nous pensons qu’une approche proactive (au-delà de la réaction ou du démantèlement de la désinformation déjà publiée) pourrait aider à devancer certaines activités de désinformation. Le fait de donner la parole à deux personnes sur des questions très émotionnelles (comme les guerres ou les conflits) aide les lecteurs à comprendre qu’il s’agit de questions très complexes et qu’il est essentiel de saisir la situation dans son ensemble.

Quels sont les trois principaux événements ou dates auxquels vous avez assisté cette année et qui ont provoqué une intensification des activités de désinformation?

– Coronavirus

– La guerre du Nagorno-Karabakh

– La crise du Belarus

À votre avis, quelles sont les trois dates/événements futurs susceptibles d'entraîner une intensification des activités de désinformation en 2020-2021?

– Elections américaines (et suites)

– Crise du Belarus (en cours)

– Élections en Géorgie

Quels sont les récits de désinformation dominants que vous avez observés dans l'espace médiatique cette année?

De toute évidence, le récit selon lequel le coronavirus est faux, inventé et destiné à nous contrôler est sans aucun doute le plus grand récit de désinformation que nous ayons vu.

Avez-vous eu recours à des outils de vérification des faits ? Si oui, veuillez les décrire ou partager les liens.

Nous n’avons pas d’outils spécifiques en dehors de nos propres recherches.

À votre avis, quels sont les acteurs les plus performants - dans votre pays, ainsi que dans l'UE qui jouent aujourd'hui un rôle crucial dans le domaine de l'éducation aux médias et pourquoi?

Pas beaucoup. Le Digital Forensics Research Lab est probablement le meilleur acteur pour le démantèlement international/régional. Le Service européen pour l’action extérieure de l’UE est bien, mais son potentiel est inexploité.

ADAM REICHARDT
Rédacteur en chef de la Nouvelle Europe de l’Est
Collaboratif, fondé sur des principes, axé sur la mission

Menu